Le projet – Proiektua

Une monnaie locale, basque, écologique et solidaire en 2012 !


I – Pourquoi mettre en place une monnaie locale ?

Pour disposer d’un outil qui favorise l’avènement d’une économie plus respectueuse de l’être humain et de son environnement naturel et ainsi :
• mettre l’économie au service de l’homme, de la culture et de la planète,
• favoriser les échanges locaux et relocaliser une partie de l’économie
• développer le lien social et les solidarités
• développer l’utilisation et la place de l’euskara
• soutenir des projets locaux d’intérêt commun
• réduire l’impact écologique

 
II – Historique

L’idée de monnaie complémentaire peut surprendre. Pourtant ce fut une pratique courante tout au long de l’histoire et en particulier au Moyen Age où les villes, les monastères, les seigneurs avaient leur monnaie en complément de la monnaie royale. Ainsi de très nombreuses monnaies circulaient à l’intérieur d’un territoire. C’est la recherche de monopolisation du pouvoir qui a conduit à l’abandon de la multiplicité des monnaies. Cependant avec la grande crise de 1929, on note la réapparition de monnaies complémentaires comme réponses locales à la crise globale.

 
III – L’actualité : expérimentations en cours de développement dans le monde

Il y a aujourd’hui un vaste mouvement de monnaies complémentaires de par le monde (plus de 5000 expériences en cours, de nature très variées) qui s’adressent cette fois à la société dans toutes ses composantes: particuliers, entreprises et souvent collectivités locales. On les appelle monnaies parallèles, communautaires, locales ou solidaires.

Elles visent toutes à réintroduire dans l’économie du sens, des valeurs sociales et écologiques. Citons le « Ithaca Hour » aux Etats Unis, le « Calgary Dollar » au Canada, ou le SOL en France, plus spécifique à l’économie sociale et solidaire. L’une des plus proches et des plus abouties est le Chiemgauer, dans la région de Chiemgau, en Bavière, soutenue par les collectivités locales. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiemgauer
En Suisse, le système WIR inter-entreprises fonctionne depuis les années 1930 et relie aujourd’hui 60 000 PME qui échangent entre elles sans numéraire grâce à cette monnaie.

 
IV – Comment ça marche ?

Un lot de billets -infalsifiables- d’1, 2, 5, 10 et 20 unités est édité, échangeables contre leur équivalent en euros. Les particuliers qui procèdent à cet échange ne peuvent plus faire l’échange inverse. Les entreprises, commerces, associations, municipalités, producteurs, artisans, indépendants divers qui adhèrent à la Charte de la monnaie locale peuvent recevoir ces billets comme moyen de paiement. Eux par contre peuvent les échanger contre des euros mais en perdant dans ce cas là 2 % de leur valeur. Ils sont donc incités à les remettre en circulation.
Une association gère toutes les décisions relatives à cette monnaie, ainsi que l’habilitation des structures et personnes (du restaurant au kiné en passant par l’imprimerie, le comité des fêtes, le paysan ou la piscine municipale…) pouvant recevoir cette monnaie comme moyen de paiement.
Dans le même temps, la monnaie locale permet de réorienter une partie de la consommation et de la production. Pour être habilitées à recevoir cette monnaie locale, les entreprises doivent en effet obéir à un cahier des charges, édictant un certain nombre de règles d’inéligibilités : entreprises très polluantes ou connues pour leurs pratiques sociales déplorables, grandes chaînes internationales, agriculture industrielle, producteurs ou commerçants ne se fournissant pas du tout auprès d’autres producteurs locaux.

Les règles qui vont composer le cahier des charges (et qui peuvent évoluer dans le temps) vont peu à peu avoir une influence sur le type d’économie locale, influence d’autant plus importante que l’usage de la monnaie locale s’étend. Les entreprises auront en effet intérêt à s’adapter pour ne pas perdre cette clientèle grandissante, ce pouvoir d’achat local au profit d’autres entreprises qui sont elles aux normes relocalisatrices, linguistiques, écologiques et sociales promues par le Cahier des charges.

 
V – Intérêt pour l’entreprise 

L’entreprise, le commerce, le travailleur indépendant, le petit producteur qui rentre dans le réseau de la monnaie locale peut ainsi gagner de nouveaux clients, qui ne pourront dépenser leur monnaie locale qu’auprès d’elles. Cela a de surcroit un effet label, garantissant un certain état d’esprit et une certaine qualité des pratiques des entreprises membres du réseau. Par la mise en réseau des fournisseurs, cela augmente également le chiffre d’affaire de certaines entreprises appelées à approvisionner ou à travailler pour d’autres entreprises du réseau. L’effet global est une relocalisation de la production et une redynamisation de l’activité économique locale.

 
VI – Intérêt pour le consommateur 

La monnaie locale favorise l’emploi local et le commerce de proximité et de ce fait la qualité de la vie.
La monnaie locale permet de se poser la question de l’origine et de la manière dont sont fabriqués et distribués les produits et services qu’il consomme au quotidien. Elle représente la garantie de faire ses achats auprès d’entreprises manifestant un intérêt minimum pour le territoire où elles sont installées, ainsi que pour la diversité linguistique et culturelle, et les valeurs écologiques et sociales. Elle lui permet de manifester au quotidien, par un geste des plus concrets et visibles, par un instrument des plus simples à porter et à utiliser, son attachement à son territoire et à un certain modèle de société et d’économie. Le consommateur quotidien devient acteur.

 
VII – Intérêt pour le Pays Basque

La monnaie est une institution. Elle fait exister un territoire bien précis. Le choix du territoire où la monnaie en question sera valable est fondateur d’une communauté de projet, d’une identité collective, bref d’un Pays -ouvert et intégrateur, à taille humaine, acteur de son présent et de son avenir, solidaire du reste du monde et des générations à venir- au sens où nous l’entendons ici.

L’utilisation par chaque citoyen de cette monnaie locale est un acte d’attachement à ce territoire, d’intérêt pour son évolution et son devenir.

Par la présence de points concernant la place de l’euskara dans la signalétique, la communication ou la vie interne de l’entreprise dans le Cahier des charges, la place de l’euskara dans la vie publique se voit renforcée et promue par cette monnaie locale. Cette place pourra être grandissante et suivre l’évolution d’un cahier de charges plus volontariste au fur et à mesure que la monnaie locale prend de l’entreprise.

La relocalisation d’une partie du pouvoir d’achat renforce le tissu économique local. Une monnaie locale est un instrument supplémentaire pour renforcer le lien social et les solidarités locales, ainsi qu’un exercice pédagogique de masse de citoyenneté et de réappropriation de l’économie et du politique. Une monnaie locale de ce type pourra venir compléter à merveille l’ensemble des outils dont le Pays Basque s’est déjà doté pour se construire d’une manière plus humaine, plus juste, plus solidaire, plus autogérée et plus durable.

 
VIII – Intérêt pour la planète

En relocalisant une partie de la consommation, de la production et des services, la monnaie locale permet de limiter les transports, grands consommateurs d’énergie et d’infrastructures, et grands émetteurs de gaz à effets de serre responsables du dérèglement climatique. En favorisant les productions responsables et soutenables, elle réduit dès aujourd’hui notre empreinte écologique. La création d’une monnaie locale permet également à une partie de notre argent de ne plus alimenter le circuit financier mondial, et donc la spéculation internationale, les opérations de privatisations, d’achat de terres ou de ressources dépossédant les populations locales, et notamment celles des pays les plus pauvres.

______________________________________________________________________

Tokiko moneda bat, euskalduna, ekologikoa eta solidarioa


I – Zergaitik plantan ezarri tokiko moneda bat?

Tresna baten ukaiteko, gizakia eta bere ingurumen naturala gehiago errespetatzen dituenak, hala nola:
– ekonomiaren, gizakiaren, kulturaren eta planetaren xerbitxuan emanez
– lehentasuna emanez tokiko trukaketei ekonomiaren parte bat bertokiratuz
– giza-harremanak eta elkartasuna sustatuz
– euskararen erabilpena eta lekua garatuz
– tokiko eta elgar intereseko egitasmoak sustatuz
– aztarna ekologikoa murriztuz

 
II – Historikoa

Tokiko moneda baten ideiak harrigarri iduritzen ahal du. Alta, jadanik egina izan da historian zehar, bereziki Erdi Aroan. Garai hartan, hiriek, monasterioek, gaztelujaunek beren moneda bazuten errege monedaren osagarri bezala. Hala nola moneda desberdin ainitz baziren ber eremuan. Moneden ugaritasuna utzia izan da poderearen monopolizazioarekin. Bainan, 1929ko krisi haundiaren ondotik, berriz agertu dira moneda osagarriak, tokiko erantzun bezala krisi orokorrari.

 
III – Aktualitatea: entseguak garatzen ari dira munduan zehar

Gaur egun, tokiko moneden mugimendu zabal bat exiztitzen da munduan zehar (5 000 esperientzia baino gehiago, natura desberdinekoak). Horiek gizarte eragile gehienak barne hartzen dituzte : partikularrak, enpresak eta usu tokiko kolektibitateak. Deitzen dira paralezko monedak, komunitarioak, lokalak, edo solidarioak.

Denak eginak dira zentzua, balore sozial eta ekologikoak berriz sar-arazteko ekonomian. Aipa dezagun “Ithaca Hour” Estatu Batuetan, “Calgary Dollar” Kanadan, edo SOL Frantzian, berezitua dena ekonomia sozial eta solidarioan. Bukatuenetariko eta hurbilenetariko bat da Chiemgauer, Chiemgau eskualdean, Bavière-n, tokiko kolektibitateek sustengurik. Ikus http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiemgauer.
Suizian, enpresen arteko WIR sistemak funkzionatzen du 1930 urtetik goiti, eta gaur egun elkartzen ditu 60 000 enpresa ttipi eta ertain, zoinek trukatzen duten elgarren artean numerariorik gabe eta moneda horri esker.

 
IV – Nola erabiltzen da ?

1, 2, 5, 10, eta 20 unidadezko txartelak (ezin faltsugarriak) inprimatuak dira, trukatzen dira beren baliokidearekin euroz. Trukaketa hori egiten duten partikularrek ez dute gehiago alderantzizko trukaketa egiten ahal. Enpresek, komerzioek, elkarteek, herriko etxeek, ekoizleek, artisauek, eta beste independenteek, tokiko monedaren xarta izenpetzen dutenek , txartel horiek errezebitzen ahal dituzte ordainduak izaiteko. Haiek aldiz, aldatzen ahal dute moneda hori euroekin, bainan galtzen dute balioren %2a. Orduan moneda hori lehentasunez berriz erabiltzera bultzatuak dira.
Elkarte batek ditu kudeatzen moneda horren inguruan diren erabaki guziak, egitura eta pertsonak (jatetxetik kine medikura, inprimategitik pasatuz, besta komitea, laboraria edo herriko igerilekua…), hots moneda hori ordaintzeko manera bezala erabiltzen ahal dutenak.
Ber momentuan, tokiko monedak kontsumoaren eta ekoizpenaren parte bat bertokiratzea laguntzen du. Tokiko moneda horren erabiltzeko baimena ukaiteko, enpresek kargu kaier bat errespetatu behar dute, arau batzu finkatzen dira balizko hautagaiak baztertzeko beharrez : enpresa izigarri kutsagarriak edo sozial baldintza txarren erabiltzeko ezagutua, kate internazionalak, laborantza industriala, tokiko ekoizleekin batere lan egiten ez duten ekoizle edo artisauak.

Poliki poliki, kargu kaierrak osatzen dituzten baldintzek eragina ukanen dute tokiko ekonomiaren gainean, bereziki bere erabilpena hedatzen denean. Hala nola enpresek interesa ukanen dute kargu kaierraren errespetatzea emendatuko den bezero kopurua ez galtzeko. Tokiko erosketa podere hori beste enpresa mota baten xerbitxuan emana da, bertokiratzen dutenei, euskararen aldekoei, ekologikoei eta sozialei, kargu kaierrari esker bultzatuak direnak.

 
V – Enpresaren interesa

Tokiko monedaren zirkuluan sartzen diren enpresek, komertzioek, independenteek, laborariek, bezero berriak irabazten ahal dituzte. Haiek beren tokiko moneda bakarrik zirkulu hortan gastatzen ahal dute. Gainera, horrek badu label baten efektua, segurtatzen du espiritu bat, ohituren kalitate bat, zirkulu hortan parte hartzen duten enpresen artean. Horietarik batzuk emendatzen dituzte beren diru sartzeak : tokiko ekoizleen harteko harremanak errestuz eta zirkuluan diren beste enpresa batzuekin lan eginez. Efektu orokorra ekoizpenaren bertokiratzea eta tokiko ekonomiaren berdinamizazioa da.

 
VI – Kontsumitzailearen interesa

Tokiko monedak lekuko lan eskaintza eta hurbileko komertzioa sustatzen du eta horrekin batera bizi kalitatea.
Tokiko monedari esker kontsumitzaileak egunero baliatzen dituen produktu eta xerbitxuen jatorriaz, ekoizteko eta banatzeko maneren baldintzetaz kontzientzia hartzen du. Monedari esker bere lurraldeari, kultur aniztasunari edo balore ekologiko eta sozialei minimo bat kasu emaiten duen enpresa bat laguntzen ahal du. Egunero, kontsumitzaileak bere lurraldeari eta eredu ekonomiko eta sozial bati bere atxikimendua erakusten ahal du konkretuki eta erreski erabiltzen ahal den tresna bati esker. Eguneroko kontsumitzailea aktorea bilakatzen da

 
VII – Euskal Herriaren interesa

Moneda instituzio bat da. Biziarazten du eremu zehatz bat. Moneda horren eremua oinarria da egitasmoaren komunitatearentzat, kolektibo baten nortasunarentzat, hots, asmatzen dugun bezala hemengo herriarentzat (idekia eta integratzailea, gizakiaren neurriakoa, gizakia da bere oraina eta geroaren aktorea, munduaren beste parteen eta heldu diren belaunaldiekin elkartasunezkoa).

Herritar bakotxarentzat moneda horren erabilpena lurraldearen alde atxikimendu ekintza bat da, bere bilakaera eta geroaren interesean oinarritua.

Pundu sistema batek neurtzen du euskararen erabilpena seinalizazioan, komunikazioan edo enpresaren barne bizian. Kargu kaierrak du zehazten pundu sistema hori. Hala nola tokiko monedak azkartzen eta bultzatzen du euskararen lekua bizi publikoan. Leku hori hedatzen ahal da eta kargu kaierraren bilakaera segitzen ahalko da, nahiakeriaren arabera, eta enpresak erakusten dituen eginahalen arabera.

Erosketa poderearen parte baten bertokiratzeak tokiko sare ekonomikoa indartzen du. Tokiko moneda beste tresna bat da lotura sozialen eta tokiko elkartasunen azkartzeko, herritar heziketa ariketa bat da, baita ere ekonomia eta politikaren berganatze bat. Mota hortako moneda batek biziki ongi osa lezazke Euskal Herri zuzenagoa, autokudeatuagoa, solidarioagoa, iraunkorragoa eta gizakiari hurbilagoa eraikitzeko jadanik plantan diren tresnak.

 
VIII – Planetaren interesa

Kontsumoaren, ekoizpenaren, xerbitxuen parte bat bertokiratuz, tokiko moneda batek murrizten ditu garraioak. Garraioak energia eta azpiegituren kontsumitzaile haundiak dira eta berotegi efektuzko gas isurketen arduradun nagusiak. Ekoizpen arduratsuak eta jasankorrak sustengatuz, gaurtik aintzina gure aztarna ekologikoa murrizten dugu. Tokiko moneda baten sortzeari esker gure diruaren parte bat ez da sartzen finantzia mundialeko zirkuluan, eta horrekin espekulazio internazionalean, pribatizazio operaketetan, lur erosketetan edo baliabide pribatizazioetan zoinek tokiko herritarrei jabetasuna kentzen dieten, bereziki herri pobreenetan.

3 réflexions au sujet de « Le projet – Proiektua »

  1. Egun on, cette initiative me semble intéressante à tous points de vue et j’applaudis. Ceci dit je me demande comment faire dans mon cas precis (mais je ne pense pas être la seule) : je suis retraitée et reçois bien sûr ma retraite en €. N’y aurait-il pas une possibilité « d’acheter » un peu de cette monnaie locale ? Les 3/4 de mon budget sont aspirés par les divers loyers, assurances, EDF, mais j’achète la plupart de la nourriture à des acteurs locaux …
    J’espère que votre initiative va se développer.
    Cordialement
    C.B.

    • Réponse : Egun on ! Bien sûr, il sera possible de changer dès que la monnaie sera lancée, et quand vous le souhaiterez, une partie de vos revenus en monnaie locale. Cela vous permettra d’encourager et de développer le système de monnaie locale, ainsi que la relocalisation de l’économie et le renforcement de l’usage public de l’euskara, auxquels il contribue. Pour suivre le développement de cette monnaie, avec de nombreux rendez-vous avant son lancement le 1er janvier prochain, vous pouvez vous inscrire à notre liste d’information. Il vous suffit pour cela de cliquer ici : je reste informé(e)

  2. Ping : évenement à Lescar | Transition France

Les commentaires sont fermés.