Ensemble, soutenons l’euskara grâce à l’eusko !

L’euskara est au cœur du projet de l’eusko depuis sa création. En effet, aux côtés de la relocalisation de l’économie pour l’environnement et l’emploi local, la préservation et la diffusion de la langue basque font partie des valeurs fondamentales de l’eusko.

Pour concrétiser cet engagement, chaque professionnel rejoignant le réseau Eusko doit relever deux défis dans les deux ans. L’un concerne l’euskara, avec soit l’accueil des clients en basque (ou, pour les non euskaldun, 20h de cours de basque à usage professionnel), soit la mise en place d’un affichage bilingue.

Depuis 2013, 314 commerçants, chefs d’entreprises et paysans du réseau Eusko, euskaldun ou non, se sont ainsi engagés à traduire leur signalétique en basque ! Des dizaines d’entre eux ont déjà concrétisé cet engagement, et les autres sont en train de le faire.

Concrètement, un chargé de développement d’Euskal Moneta relève sur place le vocabulaire à traduire, puis l’Office Public de la Langue Basque (OPLB – leur site ici) réalise la traduction, et enfin Euskal Moneta accompagne le professionnel dans la mise en place de son affichage en bilingue. Le tout gratuitement, grâce à l’action d’Euskal Moneta et au soutien de l’OPLB.

Pour mettre en avant l’engagement des professionnels de l’Eusko pour l’euskara, nous vous présenterons chaque semaine deux ou trois d’entre eux qui, chacun à leur manière, ont intégré la langue basque dans leur communication.

Pour démarrer cette rubrique : la boulangerie Darrigues (Saint-Pée-sur-Nivelle), Jauregizahar (Sauguis) et Mylène Paillard (qui ouvre un cabinet à Saint Palais, 5 place du foirail).

Site de Mylène Paillard (Saint Palais)

Boulangerie Darrigues (Saint-Pée-sur-Nivelle)

Jauregizahar (Sauguis)

 

 

 

Merci à ces professionnels, et à tous les utilisateurs de l’Eusko qui rendent cette dynamique possible, pour normaliser l’usage de la langue basque !


Parce que l’Eusko a besoin de la cotisation de chacun pour agir, adhérer ou réadhérer pour 2017, en cliquant ici. Milesker !


NB : Pour savoir dans quels commerces parler euskara, regardez sur la vitrine le chiffre apparaissant sur l’autocollant « Ici, nous acceptons l’Eusko ». Le 1, 2 ou 3 signifient :
3. Accueil en basque
2.
Accueil limité en basque (niveau moyen, ou seulement une partie des vendeurs parle  basque)
1. Pas d’accueil en basque