Euskara

Questions – Réponses

PARTICULIERS

Pour charger votre compte eusko, deux solutions vous sont proposées, et bientôt une troisième.

 

  1. Le virement

Vous faites directement, depuis votre compte en banque en euros, un virement à Euskal Moneta. Dès que nous recevrons ce virement, nous créditerons votre compte eusko. Normalement, votre compte sera crédité le lendemain matin (le lundi suivant si le virement est fait un vendredi).

  • Numéro d’IBAN d’Euskal Moneta pour l’ajouter à la liste de vos bénéficiaires :

FR76 4255 9000 4441 0200 4333 417

  • Surtout n’oubliez pas de préciser dans l’intitulé de votre virement la mention « Change » et votre numéro d’adhérent. Exemple : Change E00058

 

  1. Le bureau de change

Dans n’importe quel bureau de change, vous pouvez faire un chèque ou donner des espèces pour créditer votre compte numérique. Le crédit sera immédiat. Le bureau de change suit la même procédure que pour faire un change de billets, mais clique sur Change numérique au lieu de cliquer sur Change billets.

 

  1. La carte bancaire

Bientôt vous sera proposé un paiement par carte bancaire directement depuis votre compte eusko, gratuit et instantané. Vous taperez sur le système de VAD (ventre à distance) les 16 numéros de votre carte bancaire, sa date d’expiration et les trois chiffres au dos de la carte, et le chargement de votre compte sera immédiat.

L’eusko est la monnaie locale basque, écologique et solidaire qui circule au Pays Basque nord, de Hendaye à Mauléon en passant par Bayonne et les Aldudes, depuis le 3 janvier 2013.

L’Eusko est une monnaie locale car elle ne peut être utilisée que sur un territoire particulier, le Pays Basque. Plus elle circule, plus elle développe les échanges entre les acteurs de ce territoire : habitants, commerçants, paysans, entreprises, etc.

C’est aussi une monnaie complémentaire car elle ne se substitue pas à la monnaie officielle, en l’occurrence l’euro.

C’est enfin une monnaie démocratique,  car elle est intégralement et directement gérée par les habitants de ce territoire, qui, en adhérant à l’association Euskal Moneta, peuvent participer à toutes les réunions où se prennent les décisions.

Mais l’Eusko c’est aussi, et surtout, un moyen d’action. Une monnaie locale complémentaire est en effet un outil de relocalisation de l’économie, qui optimise la mise en relation des acteurs productifs locaux, et donc leur développement. Un restaurateur par exemple cessera de se fournir uniquement auprès d’une centrale d’achats et se tournera vers les producteurs du réseau, forcément locaux, pour réutiliser les eusko de ses clients.

Bien sûr, on peut très bien payer en euros un restaurateur dont on sait qu’il se fournit déjà localement ; si c’est le cas, à quoi bon payer en eusko ? Tout simplement parce qu’en le payant en eusko, il paiera le paysan qui le fournit en eusko, et donc ce paysan va à son tour rechercher des fournisseurs ou des services locaux payables en eusko. Et ainsi de suite. Tant qu’il circule, l’eusko reste « entre de bonnes mains », alors qu’un euro peut très rapidement atterrir dans les poches d’une multinationale, d’une banque spéculative, ou d’autres acteurs que je ne souhaite pas du tout soutenir !

L’Eusko, c’est aussi un moyen d’action économique, puisqu’à l’instar de toutes les monnaies locales, l’Eusko circule plus vite, change plus rapidement de mains, que l’Euro. Son effet sur l’économie est donc démultiplié ! En effet, c’est la circulation d’une monnaie qui crée la richesse, pas la masse monétaire : un même billet de 2 eusko que s’échange tous les jours un boulanger et un cafetier pour se payer respectivement un café et une baguette de pain crée bien plus de richesse en une année qu’un billet de 500 euros qui dort au fond d’un placard ou n’est utilisé qu’une fois !

L’Eusko c’est tout ça mais bien plus encore ! Avec son système de défis obligatoires, les entreprises du réseau s’engagent sur des actions concrètes et vérifiables pour des pratiques plus écologiques, et pour l’usage public de la langue basque, en mettant notamment en place un affichage bilingue, ce que plus de 300 commerces sont en train de faire !

L’Eusko, c’est aussi un moyen de dynamiser le tissu associatif local, l’équivalent de 3% des changes d’euros en eusko étant donné à des associations locales, soit plus de 44 000 eusko depuis quatre ans ! C’est également une aide à la création de projets via un partenariat avec Herrikoa et la Caisse Solidaire, qui permet de débloquer des prêts solidaires pour les associations et entreprises du réseau Eusko.

Pour tout savoir sur l’intérêt de l’eusko, consultez ici les 7 bonnes raisons d’adhérer à l’Eusko !

Une fois que vous avez adhéré (ICI), vous pouvez changer des euros en eusko (1 eusko = 1 euro) dans les 31 bureaux de change de l’Eusko, dont la liste sera disponible ICI.

Les coupures seront de 1, 2, 5, 10 et 20 eusko.

Le change est sans aucun frais, et l’équivalent de 3% de votre change est versé par Euskal Moneta à l’association locale que vous choisissez de parrainer lors de votre adhésion.

Cela concerne tous les particuliers (c’est-à-dire les consommateurs) habitant ou passant par le Pays Basque, et toutes les entreprises (commerçants, prestataires de services, entreprises, paysans, artisans…) et les associations ayant leur siège au Pays Basque.

Auprès de plus de 650 commerces, paysans, entreprises et associations du Pays Basque, dont la liste est proposée dans notre annuaire en ligne, ICI.

Pour utiliser l’eusko il faut être membre de l’association Euskal Moneta. Toutes les explications sont ICI !

Non. L’eusko ne remplace pas l’euro.

Il s’agit d’une monnaie complémentaire.  En convertissant et en faisant circuler les eusko, nous créons un pouvoir d’achat captif au Pays Basque nord qui favorise la redynamisation de l’économie locale.

De multiples dispositifs de sécurité sont intégrés aux billets (dorures à chaud, encre phosphorescente, papier filigrané, brail …) afin d’en empêcher la contrefaçon. Quant à l’eusko numérique, c’est un système sécurisé au niveau exigé par les autorités.

Non. Pour 100 euros convertis vous recevez 100 eusko, vous ne perdez donc pas de pouvoir d’achat. En plus, 3 eusko sont reversés à l’association que vous parrainez, et les 100 euros transmis à Euskal Moneta lors du change sont déposés sur un fonds de réserve qui va servir à générer 100 euros de prêts pour des associations ou des entreprises du Pays Basque ! Vous faites donc d’une pierre trois coups !

Non. Le principe et le système de la monnaie locale existent déjà depuis longtemps.

Jusqu’à la centralisation des États, il y avait presque partout dans le monde toujours au moins deux monnaies en circulation sur un territoire : une monnaie locale en matériau de faible valeur, destinée aux échanges locaux, et une monnaie en métal précieux, destinée aux échanges entre territoires.

La création des États centralisés a peu à peu mené à un monopole de la monnaie réservé à l’État. Mais les monnaies centralisées, si elles ont beaucoup d’avantages, ont aussi l’inconvénient de ne pas favoriser les échanges locaux.

À l’heure du dérèglement du climat et du développement exponentiel de la grande distribution et de la vente sur Internet, développer les circuits courts, l’agriculture paysanne, les commerces de proximité est un enjeu important. Les monnaies locales permettent cela, en ne circulant que sur un territoire donné, et en favorisant ainsi les échanges entre les habitants, les entreprises, les commerces et les associations de ce territoire.

C’est pourquoi les monnaies locales se développent très rapidement depuis 2010 : il en existe plus d’une quarantaine en France, des centaines en Europe et des milliers dans le monde !

PROFESSIONNELS

Rendez-vous à la rubrique L’Eusko Pourquoi/Comment ? en en cliquant ici.

L’eusko est une monnaie locale complémentaire, comme il en existe une quarantaine en France, des centaines en Europe, et des milliers dans le monde. Légalement, l’eusko est un titre de paiement reconnu par le Code monétaire et financier depuis la loi du 31 juillet 2014.

L’Eusko est la plus importante monnaie locale de l’Hexagone, et la 3e au niveau européen, derrière le Chiemgauer, en Bavière, et le Bristol Pound, en Angleterre.

L’association Euskal Moneta, qui gère l’eusko, édite et émet au Pays Basque nord à la fois des billets sécurisés de 1, 2, 5, 10 et 20 eusko et des eusko numériques, crédités sur des comptes eusko gérés de façon sécurisée et indépendante par Euskal Moneta. Les paiements en eusko numériques se font par virement de compte eusko à compte eusko, entre professionnels notamment, et pour les particuliers principalement avec la carte de paiement euskokart.

Pour recevoir les paiements par euskokart, les commerçants sont équipés gratuitement d’un lecteur de carte Eusko.

Les particuliers souhaitant utiliser l’eusko adhèrent puis changent des euros contre des eusko billets dans un bureau de change du réseau Eusko, ou créditent leur compte eusko en faisant un paiement en ligne à Euskal Moneta par virement ou par carte bancaire.

Les entreprises, commerces, associations, producteurs, artisans, indépendants divers qui adhèrent à l’association Euskal Moneta peuvent recevoir ces eusko comme moyen de paiement. Ils peuvent ensuite les utiliser pour payer des fournisseurs membres du réseau, ou pour payer une partie des salaires et des notes de frais. Ils peuvent aussi changer en euros les eusko qu’ils n’auront pas pu réutiliser, avec une retenue de 5 % qui sert à favoriser la réutilisation des eusko, et à financer un système de don aux associations locales.

L’association Euskal Moneta gère démocratiquement toutes les décisions relatives à cette monnaie, et son Comité d’agrément, composé de bénévoles, d’utilisateurs, de représentants d’associations et de chefs d’entreprises, étudie les dossiers de demande d’agrément pour agréer les structures pouvant entrer dans le réseau, du restaurant au kiné en passant par l’imprimerie, le comité des fêtes, le paysan, etc.

Toutes les entreprises sont habilitées à recevoir cette monnaie locale, sauf celles ne rentrant pas dans les critères de la Charte de l’eusko : grande distribution, entreprises très polluantes, chaînes internationales, agriculture industrielle, etc.

L’Eusko réoriente ainsi depuis 2013 une partie de plus en plus importante de la consommation des habitants du Pays Basque vers les commerces de proximité, l’agriculture paysanne, les marchés, etc.

C’est un outil collectif qui crée du lien entre les acteurs du territoire pour développer les échanges locaux et résister à la montée en puissance de la grande distribution, des drive et de la vente sur Internet de livres, vêtements, matériel professionnel, etc.

 

 

 

 

 

1 eusko = 1 euro. 

L’eusko existe sous forme de billets sécurisés de 1, 2, 5, 10 ou 20 eusko, et sous forme d’eusko numériques.

L’Eusko numérique, c’est un compte en ligne pour tous les adhérents qui le souhaitent, particuliers ou professionnels, avec deux possibilités pour échanger entre eux en eusko numériques :

  • soit par virements de compte eusko à compte eusko
  • soit avec la carte de paiement de l’Eusko, l’euskokart, qui fonctionne comme une carte bancaire, avec un code PIN à 4 chiffres, sur un terminal de paiement fourni aux professionnels par Euskal Moneta

En numérique les paiements se font au centime près, donc pas de rendu de monnaie.

Avec les billets, quand on vous paie en eusko, vous rendez la monnaie en eusko, et pour les centimes, comme il n’y a pas de centimes d’eusko, vous faites comme pour les chèques restaurant : vous demandez l’appoint. Si l’article vaut 5,50 €, votre client vous donne 5 eusko et 50 centimes d’euro, ou 5 eusko et 1 euro et vous lui rendez 50 centimes d’euros.

Non, vous faites votre caisse et votre comptabilité sans difficulté.

L’eusko, en billets ou en numérique, est un simple moyen de paiement, comme un ticket restaurant, un chèque vacance, un chèque cadeau…

Vous programmez sur votre caisse enregistreuse un nouveau mode de paiement « eusko ».

Vous utilisez dans votre comptabilité un sous-compte de la classe 5 (Trésorerie) et vous tenez un solde journalier en eusko que vous vérifiez avec vos coupons-billets eusko et avec l’historique de vos encaissements disponible en permanence sur votre terminal de paiement Eusko.

Vos ventes sont toujours enregistrées en euros et reportées dans votre comptabilité en euros pour l’établissement de vos déclarations sociales et fiscales (TVA, BIC, IS, IR…). Vous ne déclarez donc que des euros !

Oui, en ventilant le montant entre les modes de règlement utilisés.

 

 

 

Le coût de l’eusko est composé d’un coup fixe et d’un coup variable :

1. Coût fixe :

  1. La cotisation :

Le montant de la cotisation dépend de la taille de votre entreprise

  • 5 €/eusko par mois pour les entreprises de moins de deux ans d’existence et sans salarié
  • entre 7 et 10 €/eusko par mois (ou plus) pour les entreprises jusqu’à 5 salariés inclus (en équivalent temps plein)
  • entre 12 et 20 €/eusko par mois (ou plus) pour les entreprises de plus de 5 salariés

 

Réductions :

– 50% pour les membres Idoki-AFPB et les membres de BLE                                 

– 25% pour les membres de Bai Euskarari                                                 –

– 25% pour les membres l’Union Commerciale de Bayonne et de l’Office de Commerce d’Hendaye

-50% sur le 2e commerce et les suivants pour les commerçants ayant plusieurs sites

 

Une facture vous est remise pour votre cotisation.

 

  1. L’Eusko numérique
  • Ouverture de compte pro Eusko : 0 €
  • Frais de gestion de compte : 0 €
  • Mise à disposition du TPE Eusko (valeur : 130€ TTC) : 0 €
  • Commission sur paiement par euskokart : 0 €
  • Virements de compte eusko à compte eusko : 0 €
  • Mise en place d’un prélèvement de compte eusko à compte eusko : 0 €
  • Option : compte eusko personnel + euskokart personnelle : 0 €

2. Coût variable

Le coût variable de l’Eusko est celui de la retenue de 5% sur les reconversions d’eusko en euros, sachant que 85% des entreprises du réseau ont trouvé des solutions pour réutiliser les eusko reçus de leurs clients. Ainsi, elles n’ont pas ou n’ont plus à reconvertir leurs eusko.

Les solutions pour réduire ou éviter la commission de 5% sont variées :

 

  • Vous pouvez faire appel à de nouveaux fournisseurs locaux, parmi les plus de 300 répertoriés dans l’annuaire pro de l’Eusko, Eskuz Esku, disponible ici.
  • Vous pouvez proposer à vos fournisseurs actuels de rejoindre l’Eusko, et nous demander de leur rendre visite pour leur présenter le projet.
  • Vous pouvez aussi prendre une partie de votre salaire ou de vos remboursements de frais en eusko, et proposer à vos salariés d’en faire autant.
  • Vous pouvez limiter les paiements en eusko de la part d’autres professionnels du réseau à 500 eusko par facture (mais vous ne pouvez pas limiter les paiements en eusko de la part des particuliers)
  • Si au bout d’un certain temps vous arrivez à avoir plus d’eusko que vous ne pouvez en utiliser, vous pouvez aussi demander une dérogation au comité d’agrément pour limiter davantage les paiements de la part des autres professionnels ou des particuliers.

 

Enfin, si vous devez malgré tout reconvertir des eusko en euros, sachez que les 5% perçus par Euskal Moneta lui servent à financer son fonctionnement et en particulier les dons aux associations liés au 3% Eusko.

Pas du tout ! Tout le monde peut entrer dans le réseau. En revanche, l’un des deux principaux objectifs de l’Eusko est (outre la relocalisation de l’économie) la promotion de l’usage public de l’euskara.

L’autocollant indiquant que vous acceptez l’eusko, sur votre vitrine, indiquera votre niveau d’euskara, pour qu’il n’y ait pas de malentendu :

  • Niveau 1 : vous ne parlez pas euskara
  • Niveau 2 : vous parlez un peu, ou l’un de vos vendeurs parle euskara et pas vous. Bref, le client qui arrive sait que s’il parle basque, il doit parler doucement et, peut-être, passer rapidement au français…
  • Niveau 3 : dans votre commerce on parle euskara.

Vous devez en revanche vous engager à relever dans les deux ans un des deux défis suivants pour l’euskara.

  • Vous ou votre salarié souhaitant se perfectionner peut prendre des cours avec AEK, nous vous proposons un module d’initiation de 20h pensé pour les commerçants dans le cadre d’un partenariat Eusko-AEK.
  • Vous décidez de relever le défi Affichage bilingue, pour lequel nous vous proposons un accompagnement complet et gratuit grâce à notre partenariat avec l’Office public de la langue basque (OPLB).

Le paiement avec l’euskokart, qui utilise la technologie NFC sans contact, se fait en quelques secondes :

 

  1. Vous saisissez le montant à payer sur votre terminal de paiement Eusko.
  2. Votre client place son euskokart contre le terminal de paiement. Le terminal identifie directement le client et affiche son nom
  3. Le client saisit son code et valide
  4. Le serveur informatique traite la demande :
  • si le compte du client est suffisamment créditeur, les eusko sont immédiatement virés de son compte vers le vôtre
  • si le compte du client n’est pas suffisamment créditeur, le paiement est refusé, et le client choisit un autre mode de paiement
  1. Le terminal de paiement indique que le paiement a été réalisé (ou refusé, le cas échéant)

 

 

Le terminal de paiement Eusko ne génère pas de ticket, mais vous pouvez :

  • consulter le relevé de toutes vos opérations sur votre compte en ligne
  • voir en fin de journée sur votre terminal de paiement la liste de tous les paiements encaissés
  • acheter une imprimante bluetooth et la relier à votre terminal de paiement.

Si le compte de votre client n’est pas assez créditeur, le paiement est refusé. Avec l’Eusko numérique, pas de risque d’impayés.

 

 

À tout moment, sur votre terminal de paiement Eusko, vous pouvez consulter la liste des paiements reçus dans la journée, la semaine ou le mois, et les vérifier par rapport à votre caisse enregistreuse.

Pour voir la liste de ces transactions : depuis l’écran d’accueil, aller dans « Transactions », puis « Reçus aujourd’hui », ou « Reçus cette semaine », etc.

 

 

Vous devez faire modifier le paramétrage de votre caisse afin de rajouter un mode de règlement « Euskokart ».

  • L’eusko peut être comptabilisé comme les tickets restaurants
  • Sur simple demande, nous vous expédions le guide « Guide comptable et fiscal de l’utilisation de la monnaie locale pour les professionnels »

 

 

 

 

  • Oui, à condition que le salarié confirme son accord par écrit, et dans la limite de 1500 € par mois. Pour cela, il doit être bien sûr adhérent d’Euskal Moneta.
  • Vous faites alors un virement de votre compte eusko vers le sien (ou le réglez en eusko billets).
  • Le paiement en eusko est considéré comme un acompte et doit figurer sur le bulletin de paie
  • De la même façon, les notes de frais peuvent être remboursées en eusko.
  • Oui, vous pouvez faire des dépôts d’eusko billets sur votre compte eusko (et des retraits) dans les plus de 30 bureaux de change de l’Eusko.
  • Grâce à l’informatisation de nos bureaux de change, ces opérations sont comptabilisées immédiatement.
  • NB : Le bureau de change peut enregistrer ces opérations mais il ne peut pas consulter les comptes des adhérents.

Oui, vous pouvez demander un remboursement d’eusko numériques tout simplement via votre compte en ligne.

Votre compte eusko est alors immédiatement débité et vous recevrez dans un délai de 10 jours ouvrables un virement en euros équivalent à 95% de votre change.

En effet, comme pour l’Eusko billet, une commission de 5 % est retenue par Euskal Moneta sur le montant de la reconversion afin de favoriser la circulation de l’eusko.